CORRUPTION – RACKET – TRAFICS

Face à l’inflation galopante du coût des produits de bases, des loyers, du carburant, du prix des terrains….. les salaires ne sont pas adaptés.

La corruption, le racket, les trafics, trouvent un terrain favorable à leur développement dans un pays à la recherche de structures stables.

A présent il est nécessaire d’avoir de l’argent pour obtenir le droit d’aller travailler dans un autre pays et des réseaux en place entretiennent « le mirage d’un monde meilleur » à des prix exorbitants remboursables par des années de travail à l’étranger. Pour partir hommes et femmes s’endettent auprès des familles qui vendent le peu de biens qu’elles ont. Parfois le réveil est brusque car dans le pays de destination le travail n’est pas au rendez vous et la clandestinité est la seule ressource pour attendre de pouvoir payer son billet de retour.

Aller étudier dans un autre pays a également un coût important. Outre les garanties demandés par le pays d’accueil, les papiers nécessaires sont parfois négociés contre de « la monnaie sonnante et trébuchante ».

Les emplois dans l’administration, parfois, sont aussi facteurs de négociations monétaires.

Les travaux entrepris (aménagement des voies de circulation, construction de routes…) sont propices à employer seulement une partie du budget et à redistribuer l’autre de façon individuelle au détriment de la « solidité » de l’ouvrage.

Le racket trouve sa place dans un univers ou la loi du plus fort et de la violence,  gagne du terrain. Il n’est pas rare que les commerces qui touchent le tourisme, soient « parrainés » pour avoir le droit d’être « tranquilles ».

Les trafics ne sont pas en restent.

Les bordels indiens sont approvisionnés régulièrement.

Le trafic d’organes est florissant.

Le rhinocéros unicorne, le tigre, espèces rares et protégées, sont braconnés pour alimenter les marchés asiatiques avides de produits aux vertus aphrodisiaques. Cette croyance au combien illusoire, détruit une partie non négligeable de la faune du patrimoine népalais.

La drogue a trouvé sa route entre pays de l’Ouest et de l’Est par le Sud du Népal.

Des associations ont déclaré la guerre aux trafiquants, mais elle est rude car la population concernée est pauvre, souvent illettrée, facilement bernée. Face à la puissance de l’argent, le combat est trop souvent inégal.

Publicités

Publié le août 24, 2011, dans Corruption - Racket - Trafics, Info/ actualité sociale, INFO/ ACTUALITE DU NEPAL. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :