Enfance abusée

  • Un tribunal local à Sydney a reconnu un ressortissant australien coupable de délits sexuel sur enfants en 2007.  Il a écopé de 15 mois d’emprisonnement. L’ambassade australienne à Kathmandu a déclarée dans un communiqué de presse, que le gouvernement australien condamne dans les termes les plus forts le crime de l’exploitation sexuelle des enfants. ( Népalnews.com – 13/10/2010)
  • La police a arrêté un homme de 32 ans. L’accusation porte sur l’agression sexuelle de sa fille âgée de 7 ans. L’enfant s’est plainte à l’école et la police a incarcéré le père. (Népalnews.com – 11/10/2010)
  • Un sexagénaire français a écopé de 10 ans de réclusion criminelle pour des actes de pédophilie au Népal dans les années 1990.A cette époque il dirigeait le centre d’accueil des enfants des rues à Kathmandu. Traqué pendant plusieurs années par l’association népalaise Voice of Chidren. Il avait été arrêté en 1998 au Népal puis libéré sous caution en 2000. Interpellé en 2002 lors d’un retour en France il avait été écroué deux ans. En 2004 profitant d’une libération sous contrôle judiciaire il retourne au Népal. En février 2010 suite à un mandat d’arrêt international délivré à son encontre, il a été extradé vers la France par les autorités népalaises après une requête formulée par le premier ministre. (Planète enfants 10/11/2010)
  • Un rapport publié par la police népalaise démontre que le groupe des 13- 16 ans sont les plus vulnérables aux abus sexuels et que les victimes entre 8-12ans a progressé en 2009/2010. Le rapport fait état d’une statistique sur 486 enfants de sexe féminin de 13 à 16 ans.135 ont été victimes d’abus sexuels et 110 dans le groupe d’âge de 8 à 12 ans ont fait face à la violence sexuelle. Le service « crime investigation des femmes et des enfants » révèle que sur 466 hommes accusés, 141 ont entre 19 et 25 ans, et 55 sont analphabètes. Le plus grand nombre d’agression a été enregistré dans la Vallée de Kathmandu.
  • Les dispositions juridiques existantes obligent les victimes à porter plainte contre les violences sexuelles dans un délai de 35 jours. L’inspecteur général adjoint de la police a souligné la nécessité d’étendre ce délais d’inscription de la plainte afin d’encourager les victimes à signaler les cas de violences sexuelle qui doivent être traitées comme une forme grave de criminalité.
  • Le rapport de police a également inclus des données sur la maltraitance des enfants  entre 1996 et 2010.1782 enfants sur 16505 ont subis une maltraitance entre 1996 et 2010. Les données comprenaient des cas de viols, tentatives de viols, le trafic humain, l’avortement clandestin, la polygamie, le mariage des enfants et la violence domestique.
Publicités

Publié le août 19, 2011, dans Enfance abusée, Info/ actualité sociale, INFO/ ACTUALITE DU NEPAL. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :